Histoire Haspres Index du Forum

Histoire Haspres
Histoire de la ville d Haspres, son patrimoine, sa mairie aux allures de petit Kremlin, sa prévôté, son clocher et son église, l'ancienne prison ou corps de garde de l'armée russe en 1815, son moulin, ses sociétés locales actuelles et passées.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Histoire d'Haspres - Le FORUM 
 

Bienvenue Invité sur ce Forum dont le thème est l'histoire d'Haspres.
http://pagesperso-orange.fr/genealegrand/html/accueil.htm
 
bataille du sabis et archéologie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Haspres Index du Forum -> Histoire Haspres -> La bataille de la Sabis
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
SEBASTIENDELCROIX
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 20 Juil - 09:16 (2010)    Sujet du message: bataille du sabis et archéologie Répondre en citant

Bonjour à tous,

Sur le sujet qui nous intéresse, j'ai interrogé une archéologue éminente, spécialiste de cette période à l'université de Lille 3, qui a eu l'amabilité de me répondre.

Elle me confirme que sur ce sujet de la localisation de la bataille du SABIS, l'archéologie n'a rien prouvé du tout. Il n'existe à l'heure actuelle que des "conjectures" à partir des 3 jours de marches de César, ainsi que des interprétations issues de la philologie.

Bref le problème de la localisation de la bataille reste entier d'un point de vue scientifique.



Pour ma part, je recherche toujours une explication pleinement convaincante, sachant que plus j'avance moins je pense que César a marché 3 jours en pays ambien.

Sébastien Delcroix


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 20 Juil - 09:16 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Olivier


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2007
Messages: 143

MessagePosté le: Mar 27 Juil - 06:10 (2010)    Sujet du message: bataille du sabis et archéologie Répondre en citant

Réponse apportée par Monsieur André Bigotte

Merci M. Delcroix, pour votre intervention et la contribution de l’archéologue de Lille III, qui confirment mon opinion personnelle : l’archéologie, dans ses avancées actuelles, n’est pas apte à apporter une réponse satisfaisante à la localisation du site de la bataille (je crains d’ailleurs qu’il en soit à peu près de même pour la bataille sur l’Aisne, qui a précédé celle de la Sabis). Il ne reste donc à notre disposition que le texte de César, et en particulier les deux paramètres que vous signalez à juste titre : les trois jours de marche et le toponyme Sabis. Mais je crois qu’ils sont insuffisants pour approcher la question, et qu’il convient de mettre en jeu tout aussi bien d’autres éléments constitutifs du récit, souvent omis ou écartés.

La détermination des trois jours de marche des légionnaires repose essentiellement sur l’interprétation du syntagme latin : eorum fines, que L. A. Constans traduit les deux fois par « leur territoire » en laissant subsister une ambiguïté (mais on sait que Constans défendait la thèse de la Sambre) :
–  Eorum fines Nervii attingebant, « Leur territoire touchait à celui des Nerviens »,  c’est-à-dire : « Les Ambiens avaient pour voisins les Nerviens » : il est clair qu’eorum (= leur) s’applique ici aux Ambiens dont César vient de narrer la soumission complète ;
–  Cum per eorum fines triduum iter fecisset, « Après trois jours de marche à travers leur pays » : eorum (= leur) désigne-t-il ici les Ambiens comme dans l’expression précédente, ou les Nerviens dont César vient de décrire les mœurs ? Nous optons pour la première solution, et déclinons quelques-unes de nos raisons :

1. L’ambiguïté qui forme le fond du problème appartient au texte latin de César dont pourtant on loue souvent les qualités de clarté et de simplicité. Pour tenter de lever cette difficulté, une petite analyse littéraire n’est sans doute pas inutile. Entre les deux locutions eorum fines, César a inséré une description du caractère et des mœurs des Nerviens (II-15) : il s’agit d’une citation qui interrompt le récit chronologique - même si elle est indispensable à la compréhension des événements - pour reproduire directement un énoncé de seconde main, le discours tenu à César par ses informateurs (L’enquête que fit César…). La citation introduit donc un objet étranger et produit sur le récit un effet de retardement, ou de parenthèse, comme si le temps s’était en quelque sorte figé. Pendant l’intercalation de l’incise, les légions ont progressé dans le pays des Ambiens, et César a recueilli des informations sur l’ennemi qu’il va affronter ; il peut maintenant marcher à leur rencontre. Mais il est toujours pour le moment en Ambianie, qu’il traverse durant trois jours ; il ne parviendra en Nervie qu’à l’issue de cette marche. Comme si la traversée de l’Ambianie (trois jours sans problème particulier) était un épisode insignifiant, et qu’il était préférable d’en occuper la durée par des informations plus intéressantes.

2. Le phénomène est le même exactement, quelques lignes plus bas, avec la citation concernant la coalition gauloise et le lieu du rassemblement : César est arrivé, après ces trois journées de marche, à dix milles de la rivière. Là, dans le camp d’étape,  il interroge des prisonniers et obtient des renseignements sur la composition et la position des troupes gauloises (César apprit en interrogeant les prisonniers…). Mais les légionnaires ne sont pas pour autant déjà rendus sur le champ de bataille face à l’ennemi, ils sont toujours à 15 km de la Sabis ; c’est seulement après cette incise que les éclaireurs iront choisir le site (II-17) et que les légions se mettront en marche (II-19). Comme si le camp d’étape du troisième jour était un incident banal dont la vacuité devait être compensée par des renseignements plus pertinents.

3. Même processus encore pour l’extrait suivant concernant la configuration du site retenu pour l’implantation du camp (II-18 ) : ce n’est pas une citation au style direct, César ne rapporte pas les paroles exactes des éclaireurs, il rédige son propre compte rendu d’après la description des lieux qu’on lui a représentée (La configuration du terrain que les nôtres avaient choisi…). L’effet de rupture entre cette citation indirecte et le texte qui l’accueille est moins appuyée, certes, mais le principe est le même : pendant que les éclaireurs sont occupés à choisir le terrain, César fournit au lecteur des indications sur la stratégie gauloise et les haies épineuses. Au retour des éclaireurs, il pourra décrire précisément le lieu où va se dérouler la bataille, mais il n’a pas encore vu lui-même le site, il n’y est pas encore parvenu puisque c’est seulement au paragraphe suivant qu’on apprend l’ordre de progression de son armée (II-19). Comme si l’aller-retour des éclaireurs (c’est probablement lors de ces déplacements que les haies constitueront un embarras pour les soldats, II-17) laissait à César le temps de donner des indications capitales pour la suite des événements.

Bref, les incises citationnelles pratiquées par César dans sa narration suspendent provisoirement le cours de l’action qui est relancée et continuée aussitôt après en fonction de la teneur des informations transcrites dans ces incises (Pourvu de ces renseignements… II-16). D’une part, l’ordre temporel des événements dans le texte de César correspond exactement à leur successivité dans l’histoire. D’autre part, la citation n’opère pas un arrêt complet du récit, puisqu’elle réintègre la durée de la narration en ce sens que (comme nous venons de le montrer), pendant la citation l’action s’est poursuivie : 1°) les renseignements donnés sur les Nerviens (II-15) ont été recueillis par César durant la marche de trois jours chez les Ambiens, avant qu’il entre en Nervie ; 2°) de la même façon, César a reçu des indications sur les ennemis (II-16), alors qu’il se trouvait dans son camp d’étape à 15 km de la rivière, avant d’envoyer en avant ses éclaireurs ; 3°) de la même manière, César a obtenu de ses éclaireurs la description du site choisi par eux (II-18 ), avant de lancer ses légionnaires sur le champ de bataille.

Si, au contraire, les trois jours de marche ne se sont pas effectués en territoire ambien, deux possibilités se présentent :

a) la marche s’est faite en Nervie, c’est-à-dire vers l’est, et alors la bataille a pu se dérouler sur les bords de la Sambre. Mais dans ce cas, il faudrait obligatoirement admettre que les Romains ont parcouru une très grande partie du territoire ennemi,
d’une part, sans être inquiétés par les Nerviens dont on sait qu’ils ne laissent pas facilement pénétrer leur territoire par des étrangers ; d’autre part, sans craindre de s’aventurer à travers la forêt des Ardennes impénétrable à la vue et dans laquelle les Gaulois se sont cachés et mis en formation de bataille. Le texte de César contredit absolument cette hypothèse : - d’abord, jamais la marche de trois jours n’est présentée comme une traversée dangereuse, hasardeuse, ou même difficile (alors que César n’hésite pas à évoquer les problèmes que lui posent les haies épineuses) ; - ensuite, les trois jours ont nécessité des camps d’étape qui, en pleine forêt gauloise, auraient également constitué des moments périlleux pour les Romains ; - par ailleurs, les haies épineuses auraient alors servi de protection des domaines des propriétaires nerviens (c’est l’opinion de L.A. Constans), alors que le texte de César convoque l’idée de la défense militaire d’un territoire ; - enfin, César narre le refus de ses légionnaires à pénétrer dans les bois où est caché l’ennemi, ils n’entreprendront cette opération audacieuse que lorsque tous les Atrébates seront tués ou mis en déroute. Et sans évoquer l’improbable erreur toponymique qu’aurait commise César !

b) la progression s’est effectuée en Atrébatie, c’est-à-dire vers le nord, et alors la rencontre a pu avoir lieu sur les rives de la Satis. Mais en l’occurrence, il faudrait nécessairement accepter - d’abord, qu’une partie de la marche des trois jours se soit  faite en Ambianie, et l’autre en Nervie ou en Atrébatie ; - ensuite, que la situation du champ de bataille (ou tout au moins le cantonnement des troupes gauloises) ait été fixée en territoire atrébate, alors qu’il semble évident que, dans ce conflit avec les Romains, ce sont les Nerviens qui conduisent les opérations, les trois autres peuples belges ne font que se joindre à eux : là-dessus aussi, le texte de César est clair et les citations ne manquent pas, nous les avons déjà relevées. Reconnaissons toutefois que cet argument, seul, est peu convaincant. D’autres circonstances rapportées par César repoussent l’idée d’une Sabis de grande importance, large et profonde comme devait l’être la Satis à cette époque : nous avons déjà discuté de cette question, cf. Forum > La Sabis : le scénario le plus abouti à ce jour > Contre l’hypothèse de la Satis (I) et (II).

Vous voyez, M. Delcroix, qu’il n’y a pas que l’archéologie qui puisse fournir des éléments de réponse « d’un point de vue scientifique ». Si le récit de César ne peut trouver de référent extérieur adéquat, peut-être que l’analyse littéraire, en mettant, pour ainsi dire, le texte en relation avec lui-même, peut permettre d’aborder la problématique sous un angle différent. Car l’analyse de texte, si elle est menée de façon rigoureuse et méthodique, présente, tout autant que certains autres domaines, un caractère de scientificité indéniable. Sans forcément viser une vérité finale, car pour résoudre définitivement la question de la localisation, il faudra encore que coule beaucoup d’eau sous les ponts de la Sabis

André Bigotte, 25 juillet 2010


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:04 (2017)    Sujet du message: bataille du sabis et archéologie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Haspres Index du Forum -> Histoire Haspres -> La bataille de la Sabis Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com